Portraits d’expatriés - Catherine Phuong - Les Droits de l’Homme dans le Pacifique

Q : Bonjour, merci d’avoir accepté cet entretien. Pour commencer, pourriez-vous décrire votre parcours brièvement ?
Après trois ans à Science Po Paris, j’ai poursuivi mes études en Angleterre où j’ai fait une thèse de droit international. Je suis ensuite devenue universitaire en Angleterre avant de rejoindre les Nations Unies en 2005 et de travailler à Genève, au Cambodge, puis aux Fidji.

Q : Où êtes-vous née ? Pouvez-vous nous présenter votre région d’origine via sa spécialité et également au travers de ses caractéristiques culturelles, sociales ou géographiques ?
Je suis née à Bourg-en-Bresse dans l’Ain (à 70 km de Lyon). La spécialité locale est le Poulet de Bresse.

Q : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre société ?
Le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme est une organisation internationale et fait partie du système onusien. Le mandat de notre bureau régional consiste à promouvoir et protéger les droits de l’Homme dans les 16 pays de la région Pacifique. Il propose une assistance technique aux gouvernements et à la société civile dans le domaine des droits de l’Homme. Nous organisons par exemple des formations sur les droits de l’Homme pour les officiers de police et les gardiens de prisons à Fidji.

Q : Quelles sont vos responsabilités au sein de votre société ?
Je suis en charge de la gestion de notre bureau régional et de son équipe. J’aide l’équipe à définir son programme de travail et les priorités du bureau. Je voyage souvent à travers la région pour rencontrer nos partenaires dans les différents pays et discuter de notre coopération avec eux.

Q : Quand êtes-vous arrivée à Fidji et pour combien de temps y êtes-vous ?
Je suis arrivée aux Fidji en avril 2015 pour une durée indéterminée.

Q : Quelle est la raison ayant motivé votre venue à Fidji ?
On m’a offert un poste ici et je voulais découvrir la région qui m’était encore inconnue.

Q : Appréciez-vous votre pays d’accueil ?
Oui, c’est un très beau pays dont les habitants sont très attachants.

Q : Quels sont les objectifs que vous espérez atteindre avant la fin de votre séjour à Fidji ?
Nous cherchons à renforcer notre coopération avec les gouvernements et la société civile dans la région tout en faisant connaître les activités de notre bureau. Nous voulons bien sûr également contribuer à la promotion et la protection des droits de l’Homme dans la région en mettant en place des programmes de formation dans les différents pays.

Q : Quel a été le choc culturel le plus marquant, à l’arrivée aux Fidji ?
J’ai été tout de suite fascinée par la richesse multiculturelle du pays dont le mélange de cultures est impressionnant.

Q : Resteriez-vous aux Fidji après votre contrat si vous en aviez la possibilité ?
Oui, sûrement.
JPEG
Q : Votre endroit préféré aux Fidji ?
Nous étions récemment à Savusavu sur Vanua Levu que j’ai beaucoup aimé.

Q : Votre restaurant préféré ?
Le Daikoku ou l’Eden, tous deux à Suva.

Q : Votre bar préféré ?
Je dirais le bar du GPH (Grand Pacific Hotel).

Q : Votre plage préférée ?
Picnic Island près de l’île de Toberua.

Q : Votre pire souvenir ?
Le TC Winston.

Q : Votre meilleur souvenir ?
La journée de lancement de la campagne Libres et Egaux le 5 août dernier à Suva. Le Président de Fidji y avait fait un discours fort et émouvant sur la discrimination contre les personnes lesbiennes, gay, bi et trans (LGBT).

Q : Un mot pour décrire les Fidjiens ?
Chaleureux

Q : Un dernier mot en fidjien ?
Bula !

Dernière modification : 13/07/2016

Haut de page